Origine du fort

Brève histoire du Fort Frère

Le Fort Frère est une structure fortifiée répondant aux normes de conception de type Biehler et construit par l’armée impériale allemande vers 1870. Il tire ses origines des conflits franco-allemands avant les années 1870. Son histoire couvre plusieurs événements se déroulant durant la première et la deuxième Guerre mondiale. Il est d’ailleurs étroitement liée à la ville de Strasbourg et fait également parti des fortifications entourant la ville.

Les débuts du Fort Frère

L’histoire du Fort Frère est longue et son origine remonte au lendemain de la guerre franco-allemande en 1870. En 1871, commencent les premiers travaux dans le but de créer des fortifications autour de ce qui restait alors de la ville de Strasbourg. Ils suivaient les concepts de Hans Alexis von Biehler, qui était de créer un pourtour irrégulier constituée de plusieurs forts d’artillerie autour d’une place forte. À cet effet, il fut prévu 36 forts, mais seulement 14 furent construits. Le Fort Frère fait partie de ces 14 forts et a d’ailleurs porté à ses tout début le nom de Fort V. Il a été positionné à l’ouest de Strasbourg, et se situe au nord de la commune d’Oberhausbergen. Il changea de nom au cours des années qui suivirent avant de devenir le Fort Frère.

De la modernisation de 1887 à la fin de la deuxième Guerre Mondiale

Le fort est d’abord renommé Fort Großherzog von Baden le premier septembre 1873, par une ordonnance impériale en l’honneur du grand-duc de Bade Frédéric Ier. Il fut renommé ensuite maréchal Pétain en 1919. Le nom est ensuite abandonné pendant longtemps. Il ne changera à nouveau qu’après 1944. Il devient Fort Frère à la fin de la seconde Guerre Mondiale.

Le développement des technologies d’obus en 1885 va entraîner à partir de 1887, la modernisation des fortifications dans le but de les renforcer contre toute attaque. Déjà, lors de la première Guerre Mondiale, le fort jouera son rôle de défense avancée en plaçant la ville hors de portée des offensives directes de mortier. La défense constituera en des tranchées creusées et des barbelés.

Le fort est ensuite utilisé comme camp de prisonniers et plus tard de centre stratégique pour le commandement des armées dans la région de Strasbourg. Pendant ce temps, il sera sous la juridiction du 172e RIF2 de 1939 au 17 juin 1940. Plus tard, il sera encore destiné à accueillir des prisonniers de guerre…

L’une des seules batailles que le fort ait connu est celle du 23 novembre 1944. Elle opposait des forces armées du Volkssturm et des troupes françaises venues à l’assaut de Strasbourg par deux fronts. Le fort ne tient qu’une nuit, et devient une propriété de l’armée française. Le fort ouvre aujourd’hui lors de visites guidées et ce depuis 2002.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *